L’alcool de riz japonais : que faut-il comprendre de sa fabrication ?

D’origine japonaise, le saké est l’alcool de riz qui est en vogue actuellement dans plusieurs pays. C’est un breuvage exceptionnel qu’il faut boire afin de témoigner de son goût. Sa particularité réside dans son processus de fabrication. Lisez la suite pour comprendre le processus de fabrication de cette boisson japonaise.

Saké : qu’est-ce que c’est ?

C’est vrai qu’au Japon, il est possible d’appeler une boisson alcoolisée par le nom “saké”. Mais, il faut quand même comprendre que ce nom est tout d’abord attribué à l’alcool de riz. Ce dernier est obtenu par fermentation. Et ce nom qui lui est attribué est juste pour marquer une différence d’avec les autres types d’alcools tels que le whisky et la bière. Par apport à sa composition, elle contient au plus 17% d’alcool et 80 % d’eau. Ce qui lui vaut ce nom est le riz qu’elle renferme dont le taux est estimé à 20%. Donc c’est en raison du riz que le saké est encore appelé alcool de riz. C’est une boisson qui est toujours présente dans toute manifestation au Japon.

Comment est fabriqué l’alcool du riz ?

Si cette boisson est trop populaire, c’est parce qu’elle est bien fabriquée. Il faut obligatoirement une bonne qualité d’eau et de riz. En plus, il faut un véritable savoir-faire. En effet, la fabrication se faire avec beaucoup de précision avec l’utilisation d’ingrédients précis. Pour le riz, s’agissant d’une boisson alcoolisée, il est formellement interdit d’utiliser un quelconque riz. Et d’ailleurs, le faire ne pourra vous permettre d’obtenir le véritable goût du saké. Il faut nécessairement utiliser le riz réservé à cette préparation. Il existe alors un riz type qui est utilisé pour cette préparation. Ce dernier est extrêmement riche en amidon que tout autre riz. 

A lire :   Quid sur le choix de son animal de compagnie

Il faut, cependant, que le degré de polissage du riz puisse aller jusqu’à 70%. Car la saveur de la boisson en dépend. Pour obtenir un saké de bonne qualité, il faut que le riz soit abondamment poli. Après le polissage, le riz est ensuite lavé et trempé et est soumis à une cuisson à vapeur. Ensuite, un champignon et une levure convenable sont ajoutés. La fermentation peut durer un mois. Après ce délai, il est filtré et mis en bouteille. Un autre délai de 3 mois minimum est respecté pour sa maturation.